Visite du parc du château d'Espanès et visite guidée de l'église

17/09/2023 | 12:00 - 15:00

Dimanche 17 septembre 2023, 14h00

Le château, construit vers 1560, dévoile immédiatement son caractère défensif avec son allure de bâtisse-forteresse. L'église, quant à elle, remonte à l'année 1272, et sa reconstruction s'est faite s…

Visite du parc du château d'Espanès et visite guidée de l'église
  • septembre 2023
    • dimanche 17 14:00 - 17:00

Le château, construit vers 1560, dévoile immédiatement son caractère défensif avec son allure de bâtisse-forteresse. L'église, quant à elle, remonte à l'année 1272, et sa reconstruction s'est faite sur ses fondations d'origine. L'architecte D. Bachelier est à l'origine de la construction du château, commandé par Pierre Delpuech, Capitoul en 1554 et un riche marchand qui a prospéré grâce au commerce du pastel. Les murs massifs et austères de cette bâtisse-forteresse sont particulièrement imposants.
Sur la façade nord, une petite échauguette attire le regard ; selon le propriétaire, c'était un lieu d'aisance muni d'un simple trou. Les tours du château avaient originellement des créneaux, mais ceux-ci ont été enlevés en application du décret royal de 1626 pour affaiblir le pouvoir des seigneurs locaux. Ce n'est qu'au XXe siècle que trois d'entre elles ont été surélevées.
À l'origine, un haut mur avec un large portail isolait la cour de l'extérieur pour la protéger des attaques ennemies. Ce mur fut abaissé au XVIIIe siècle pour permettre à la lumière de pénétrer dans l'espace clos. La cour comporte 5 grandes arcades soutenant un promenoir à l'étage, tandis qu'une galerie au magnifique plafond peint du XVIIe siècle, réservée aux réceptions, mène à la chapelle. L'entrée abrite un magnifique moulin à vent avec ses deux escaliers extérieurs en colimaçon, témoignant de l'existence de deux coupes de meules. Le domaine possédait également un pigeonnier seigneurial qui a été restauré.
Le château est classé au titre des Monuments historiques depuis 1990, en raison notamment de son remarquable plafond. Il est aujourd'hui une propriété privée et est habité.
Quant à l'église, elle nous accueille avec un petit porche comportant deux arcs en plein cintre reposant sur un pilier carré, désormais recouvert d'une terrasse. Sa façade ouest est constituée de foraines et de quelques moellons. Le portail central, en plein cintre, est flanqué de deux énormes contreforts, dont seul celui du sud est visible. Au-dessus du porche, un oculus a été percé dans cette façade.
Le clocher élégant est composé de trois étages et présente un pignon à cinq baies simples en plein cintre, deux par deux aux étages inférieurs, avec un bandeau marquant la séparation. De part et d'autre de la base du clocher, deux rampants adventices ont été construits. Le mur ouest du bas-côté contient une niche abritant une statue de Notre-Dame de Lourdes.
La plus grande cloche a un diamètre de 86 cm et date de 1879. Les deux autres cloches du premier étage sont connues sous le nom de « Demoiselles de Louison », dessinées et réalisées par Jean-Louis Louison (1803-1866), célèbre fondeur toulousain du XIXe siècle, et ainsi nommées en raison de leur apparence. Leur particularité réside dans leur axe de rotation cintré et surbaissé, surmonté d'une boule de contrepoids, qui permet de sonner la spectaculaire « volée tournante ». Au second étage, la plus ancienne est située au nord et date de 1589. Elle est classée monument historique depuis le 30 décembre 1914.
À l'intérieur, la nef présente trois travées couvertes d'une fausse voûte en lattis platré sur croisées d'ogives. Les murs latéraux ont été dotés de quatre ouvertures en arc brisé qui s'ouvrent sur les bas-côtés. Ces ouvertures, imparfaitement symétriques du côté nord, créent une impression étonnante car le côté nord n'est pas parallèle au côté sud.
Le chœur est légèrement décalé vers le sud par rapport à la nef et possède également une fausse voûte en croisées d'ogives nervurées retombant sur des culots, tout comme la nef. L'alignement des lustres révèle le décalage du chœur vers le sud.
L'église abrite deux chapelles dans le bas-côté sud, l'une dédiée au Christ Sacré-Cœur, et l'autre, dont l'autel est adossé au mur sud, dédiée à la Pietà. Une statue du Sacré-Cœur surmonte l'autel en marbre blanc du XIXe siècle complété par un petit retable en gypserie à deux colonnes corinthiennes. Le décor rose fané constellé de fleurs de lys symbolise la pureté et se retrouve sur les murs et le plafond plat.
Le bas-côté nord est sous l'invocation de la Vierge Eve Nouvelle. Cette représentation de Marie s'inspire de la vision de Saint Jean dans le livre de l'Apocalypse, au chapitre XII : une femme dans le ciel, la lune sous ses pieds. Le retable en gypserie de la fin du XIXe siècle est orné de deux ailerons de chaque côté d'une niche centrale, et son autel, en marbre de Carrare, est considéré comme un matériau noble et précieux. Les vitraux du XIXe siècle représentent saint Henry, saint Pierre, saint Jacques le Majeur et saint Martin.
Cet ensemble architectural est d'une grande richesse et offre une expérience unique pour tous les visiteurs passionnés d'histoire et de patrimoine.
Pour plus d'informations, veuillez consulter les sites suivants :
- https://espanes.fr/2023/05/espanes-leglise-saint-martin/
- https://espanes.fr/2021/11/espanes-lhistoire-du-chateau-a-decouvrir/

Vous pouvez également envoyer un message à cette adresse mail : secretariat@espanes.fr ou dfauche1@outlook.com

Espanès

espanès